Mont Tancia

1/1

Le mont Tancia est la montagne la plus haute des Monts Sabins, avec ses 1292 mètres d’altitude assez faciles à atteindre, parmi des paysages et des vues panoramiques étonnants le long du parcours. Ce territoire est très intéressant par rapport à sa faune et sa flore, mais aussi à cause des découvertes archéologiques faites ici et du type d’habitats qui y existaient.

 

En particulier, le versant méridional du mont a un microclimat unique, attribué à la thermorégulation causée par la voisine vallée du Tibre, ce qui lui permet des températures exceptionnellement douces. Par conséquent, on trouve ici des plantes qui aiment températures élevées et plus d’exposition au soleil, comme le chêne vert, une espèce typique des forêts méditerranéennes. De plus, la présence de zones naturellement protégées et la construction de refuges pour la faune ont permis à nombreuses espèces animales de proliférer, comme le sanglier, le loup, le renard, le lièvre, le porc-épic, le blaireau, la belette, le chat sauvage et la grenouille italienne, mais aussi le crécerelle, l’épervier et la buse.

 

La découverte de décorations anciennes typiques de la chaîne centrale des Apennins témoigne que ce territoire a été habité depuis l’époque de la préhistoire, quand on employa des cabanes réparties sur des terrasses. Cependant, l’importance du mont dérive surtout de la présence du  Valico del Tancia (col du Tancia), à 802 mètres d’altitude, qui représentait dans l’antiquité le seul passage naturel entre la plaine de Rieti et la vallée du Tibre : le col était au cœur de quatre parcours principaux (vers Rieti, la Vallée du Farfa et la Vallée du Tibre), qui ne sont plus praticables aujourd’hui et auxquels s’ajoutaient d’autres secondaires. Sous la domination de l’Abbaye de Farfa et à la frontière entre Rome et le Duché lombard de Spolète, entre le VIIIe et le XXe siècle cette zone était souvent fréquentée par marchands, bergers, brigands et pèlerins.

 

Le long du parcours on trouve l’auberge du Tancia (Osteria del Tancia), bâti au XVe siècle et successivement restauré, qui est aujourd’hui le point de départ pour les excursions sur le mont. Ne manquez pas d’admirer les restes de la forteresse (Rocca) de Tancia et du château de Fatucchio, vestiges de l’ incastellamento (enchatellement) qui caractérisa la Sabine au Xe siècle et pendant lequel monastères et seigneurs firent bâtir fortifications dans toute la zone, afin d’exercer leur pouvoir, contrôler leurs terres et les protéger de l’invasion de leurs ennemis. Sur le versant occidental du mont, enfin, s’ouvre la grotte naturelle de Saint Michel Archange, qui hébergeait une représentation de la déesse sabine Vacuna sculptée dans une stalactite. Le nom de la grotte lui fut attribué par pape Sylvestre, qui, selon la légende, vit ici un serpent démoniaque chassé par deux anges.

Designed by Boutegue Vaquier