Parcours

Châteaux et tours de Labro

En 956 Otton Ier, roi d’Italie e d’Allemagne et futur Empereur des Romains, réunit tous les agglomérations autour de Labro sous le contrôle d’Aldobrandino de’ Nobili, auquel il donna le titre de Seigneur de Labro et le blason avec l’aigle impérial et un poisson à symboliser son droit à pêcher dans le territoire.

 

Pendant le Xe siècle la coterie des Nobili avait déjà fait ériger sur la colline de Labro un château pareil à la forteresse de Spolète. Les Nobili étaient apparentés aux comtes de Rieti et aux comtes des Marses, qui avaient bâti plusieurs châteaux sur les Apennins occidentals.

 

Aldobrandino obtint plein contrôle sur Labro et sur autres 12 châteaux entre le Duché de Spolète et le Comté de Rieti, parmi les monts Réatins, la Vallée du Tibre et le lac de Piediluco. Pendant le Bas Moyen Âge les Nobili furent les seigneurs absolus de l’entière voie qui, dès Leonessa, arriva jusqu’à la vallée de Terni, même après le XIe siècle, quando il durent donner au chapitre de la basilique romaine Saint-Jean-de-Latran la quatrième partie de Labro, Grumulo, Apoleggia, Bellicosa, Morro, Melaci, Cocoione et Moggio, en échange d’aide et protection contre l’invasion des Normands.

 

Ensuite, le Nobili récupérèrent leur châteaux et les restes des fortifications de Morro et Moggio sont visibles aujourd’hui. En outre, dans le hameau Torricella de la commune de Morro Reatino, on voit aussi les ruines d’une autre tour, cachées par la végétation mais facilement accessibles à travers un sentier qui part de l’église de Notre Dame de la Torricella (« Petite Tour »).

 

Labro - qui possédait aussi le territoire riche en truffes sur lequel Colli sul Velino, appelé Colli di Labro (collines de Labro) jusqu’à 1962, fut bâtie - gagna la réputation de village combatif, puisqu’il luttait souvent contre les bourgs voisins, surtout contre la forteresse de Luco. À cause de cela et de l’excommunication de Giovanni de’ Nobili pour avoir tué un prêtre, dans le XVe siècle les Nobili perdirent leur pouvoir, et le château de Labro, avec sa haute tour à dominer la vallée, fut presque complètement détruit.

 

Aujourd’hui, on peut revivre ce passé si fier avec l’aide de notre imagination, en parcourant les rues et les sentiers qui lient, parmi les lacs et les collines, les vieux villages et châteaux de la Vallée de Rieti qui furent les protagonistes de ce territoire pendant le Moyen Âge.

 

Face à Labro, assis sur une colline qui descend sur le beau lac de Piediluco, on voit donc la Forteresse Albornoz, l’ancien Château de Luco. Fortifications comme celles de Labro et Luco était significatives car elles servaient à contrôler les voies d’eau et de terre représentées par la vallé à leur pieds et les lacs de Piediluco et Rieti (le lac Velino qui s’était en partie reconstitué pendant le Moyen Âge). On sait aujourd’hui qu’aux pêcheurs de Piediluco n’était pas permis de dépasser la pointe de Grumolo, qui était l’accès au lac de Rieti. Grumolo a été identifiée avec la tour de Morro Vecchio, un autre ancien avant-poste de Labro, dont restent des ruines sur une colline boisée qui, comme la voisine Montisola, était à l’époque une île lacustre. Peu loin il y avait le port du Torrone, face à l’Hosteria de Reopasto, qui appartenait aux Nobili dès 1357 ; aujourd’hui, on voit ici une magnifique propriété, à quelques kilomètres du sanctuaire de Greccio et près de la rivière Velino, qui forme la voisine Cascade des Marmore.

Ne manquez pas, avant de vous rendre à Leonessa en dépassant le vieux avant-post ennemi de la Tour du Fuscello, de visiter le village médiéval de Rivodutri, où il y avait autrefois un autre château; pendant le XIXe siècle, des hommes de Rivodutri réussirent à prendre le château de Cocoione en terrorisant les habitants avec des masques de Zanno, le personnage méchant du folklore local.

Show More
Show More

Designed by Boutegue Vaquier